Lunchboss
8/2/2024

À table avec Nadya Jahan, serial entrepreneure et fondatrice de Crocrobō et nila/agency !

Un dej avec Nadya Jahan

À l’occasion de notre Lunch boss de janvier, moment d’échange privilégié aux côtés d’une entrepreneure du territoire, nous avons eu la chance de recevoir Nadya Jahan, serial entrepreneure qui nous a montré qu’avec de la persévérance et de l’optimisme, tout est possible !

Un échange authentique dans lequel elle raconte son parcours, les difficultés qu’elle a rencontrées et qu’elle a surmontées pour arriver là où elle est aujourd’hui.

L’entrepreneuriat, dans la peau

C’est à 17 ans que Nadya lance son premier business. Souhaitant, comme beaucoup de jeunes, gagner un peu d’argent, elle décide de s’engager en tant que baby-sitter.

Le problème ? Elle se rend compte qu’il est difficile pour les parents de trouver des baby-sitters au bon moment et surtout, de laisser leurs enfants entre les mains d’inconnus…

Ni une ni deux, Nadya décide de répondre à cette problématique en créant un réseau, Kid Cool, pour recruter et accompagner des baby-sitters dans leurs démarches et sécuriser ainsi le service pour rassurer les parents.

Un site web créé à la main : cette aventure durera quelques années en parallèle de ses études..

3 ans plus tard, la voilà étudiante, entrepreneure et maman ! Une période compliquée mais très formatrice nous dit-elle.

À 22 ans, son boss lui laisse la tête d’une agence d’informatique. Ensuite, passionnée par le jeu vidéo, elle décide de rejoindre une boîte de service gaming à Nantes.

Une expérience qui lui donne des idées, car c’est en 2010, à peu près au même moment que le début de Facebook, qu’elle crée sa propre boîte de gaming : Mandala games, pour faire cette fois du social gaming !

Un projet qui fonctionne et qui l’emmène loin, mais qui finit par s’écrouler…

Elle se confronte donc pour la première fois au dépôt de bilan.

Rebondir

Disposant de temps libre, elle décide de prêter main-forte à son ami qui se lance dans l'ouverture de son premier restaurant. Cette collaboration, initialement envisagée comme une aide ponctuelle, s'épanouit sur 5 ans, riches d'apprentissage et de découvertes. Elle contribue à l'expansion de leur activité en développant un système de vente en ligne et de gestion de livraison. Malgré leurs innovations, ils font face à la concurrence de Deliveroo et Uber Eats, ce qui les conduit à des difficultés financières.

Et parce qu'un problème n’arrive jamais seul, elle apprend quelques temps après qu’elle souffre d’une maladie auto-immune qui la contraint à ralentir le rythme. Elle s’arrête plusieurs mois.

Mais, nous vous l’avons dit, Nadya est serial entrepreneure, elle ne s’est donc pas arrêtée là !

De la restauration au e-commerce

Après tout ce parcours, Nadya cherche maintenant un business qui lui permettrait de gagner plus en travaillant moins.

Autodidacte, elle s'initie au dropshipping grâce à des tutos en ligne. Elle commence avec un premier produit qui suscite un intérêt modéré, avant de lancer une chancelière de poussette qui rencontre un succès fulgurant. En seulement un mois, ce second produit génère un CA à 6 chiffres.

Ça y est, elle y est ! Elle continue de développer ce projet et part vivre avec sa famille à Chicago pendant 2 ans. Elle y développe Crocrobō, une marque éco-responsable d’accessoires pour bébés dont elle source l’entièreté des produits.

Son défi : gérer sa production et ses clients en Europe, malgré le décalage horaire.

Le bon équilibre

De retour en France, elle crée nila/agency pour accompagner les boîtes qui se lancent dans l’e-commerce.

L’idée : mettre son expertise au profit de projets variés et accompagner les entreprises sur le développement de leur business.

Sa vie aujourd'hui ? Elle collabore avec des franchises américaines renommées, de belles PME françaises tout en consacrant une partie de son temps à guider de jeunes entrepreneurs se lançant dans l’e-commerce. Parallèlement, elle poursuit le développement de sa marque Crocrobō et travaille sur le lancement de nouveaux produits. Et elle dédie ses soirées, mercredis et week-ends à sa famille et à elle aussi… La voilà, sa success story !

Articles similaires