Podcasts
17/9/2019

Podcast #2: Les avantages et inconvénients de s'associer à un industriel? Les conseils de Sami Mimouni

Bonjour à tous, nous voilà déjà arrivés au second épisode de podcast de Novapuls.Aujourd’hui c’est Sami Mimouni, fondateur de la société SMT performances qui accepte de nous donner son retour d’expérience sur sa levée de fonds qu’il a cloturé en 2019.

Peux-tu nous dire rapidement en quoi consiste ton projet?

“ Mon projet vise la création d’objets connectés pour les motos. Il s’agit d’un boitier plus petit qu’une carte bleue que l’on glisse sous la selle des motos qui permet de les tracer par GPS. Il les protège ainsi du vol et livre un retour d’information ludique sur l'utilisation de sa moto au même titre que les applications de running.

”Est ce que tu peux nous dire qui sont tes clients?

“ Mes clients sont du B2C direct : le profil type est le motard trentenaire qui vient de s’acheter une moto neuve entre 7 et 10 000 € (notre produit coûte 299€). Ces motards souhaitent les protéger ou en profiter encore plus.”

Tu as clôturé ta levée de fonds en avril 2019 , peux tu nous dire à combien s’élève ta levée de fonds et avec qui tu t’es associé?    “ On a levé 200 000 € et on s’est associé avec un industriel du monde de la moto.”Ta particularité est de t’être associé avec un industriel. Peux-tu nous donner les avantages et les inconvénients d’un tel choix?

“ L’association avec un industriel a un avantage principal c’est qu’il est moins regardant sur la partie financière. Ce sont les plus enclins à s’associer avec une startup qui ne fait pas encore de chiffre d’affaires. C’est beaucoup plus agréable qu’avec des purs financiers qui eux vont se focaliser sur les chiffres réalisés. L’industriel a une vision plus produit.

Il voit cela plutôt comme un investissement sur ce que cela va lui ramener en termes de techno et de savoir faire plus qu’en termes financiers. A l’inverse, un industriel va être plus impliqué dans notre business. Il souhaite avoir une influence sur le business et la manière dont on le gère. Il est également forcément moins à l’aise dans les démarches de levée de fonds parce qu’il ne l’a pas nécessairement l’expérience contrairement à un financier.

Cela peut rallonger le process.”Comment as-tu réussi à faciliter cette levée de fonds? Est ce que tu t’es entouré? “J’ai été accompagné par mon expert comptable, un juriste et la coach en développement personnel de Novapuls qui m’a pas mal aidé sur l’aspect psychologique. C’est un peu comme une guerre. On ne commence pas un beau jour à dire tiens ils veulent  lever des fonds et je vais leur donner tant de centaine de milliers d’Euros !

On commence par demander: est ce que ca vous intéresse de travailler ensemble ? C’est une bataille psychologique pour arriver à : vous allez prendre des parts? Vous n’allez prendre que ça et vous allez me donner tant de milliers d’Euros.

Il faut prendre le temps comme une vrai négo avec un client. La dessus le coaching en développement personnel de Novapuls a bien aidé. Sur la partie juridique j’ai également été soutenu.

Aujourd'hui sur le juridique, je ne ferai pas tout à fait la même chose. J’imposerai plutôt le pacte d’associé dès le début plutôt que de le coconstruire. Cela nous aurait fait gagner du temps.”Est ce que tu as eu une clause d’exclusivité ou pas?

“Non, c’est d'ailleurs ce qui a rallongé le process, pas de clause d’exclusivité sur aucun des aspects de notre produit. C’était ma volonté. Les juristes ont bien aidé en insistant sur le fait que c’était très handicapant dans le business. On a réussi, non sans mal mais cela c’est fait avec une très bonne compréhension de la part de l’industriel une fois que l’on a pu s’expliquer.”

Qu’est ce que tu vas faire des fonds que tu as levé ou qu’est ce que tu en a déjà fait?

“En effet, on a déjà commencé à utiliser cet argent. L’objectif c’est de recruter. Quand j’ai commencé les démarches de levée de fonds en début d’année, j’étais tout seul. Nous sommes entre 4 et 5 en fonction des moments de l’année.

La levée de fonds a en partie financé cette partie RH. L’autre partie a financé le stockage de produit.

Nous faisons du hardware, nous devons donc fabriquer en quantité. Nous avons lancé la production d’une centaine de pièces.” Comment qualifierais-tu ton expérience de levée de fonds en 3 mots?

“Je dirais chronophage. J’ai rencontré l'industriel il y a deux 2 ans. J’ai commencé à leur parler de la levée de fonds en novembre 2018. Nous avons reçu les fonds en mai 2019. Le processus a donc pris 7 mois. C’est un parcours classique de levée de fonds, on fait rarement plus vite.

Je dirais aussi soulagement une fois qu’on est arrivé au bout.” Si c'était à refaire, que ferais-tu différemment? “Le conseil que je donnerais c’est de rédiger un pacte d’associés et le proposer directement à l’investisseur plutôt que de le coconstruire.

On économise environ 2 mois.

Je conseille aux entrepreneurs d’aller vers des industriels car ce sont des personnes qui sont nettement plus enclins à suivre des projets qui nécessitent du financement comme mon projet hardware.

On se trouve plus dans une situation d’entraide que dans des relations simplement financières. L’accueil est beaucoup plus agréable qu’en comité d'investissement.

”Est ce que tu vises une 2ème levée de fonds? “

Il y a des chances. Je n’ai pas de calendrier car je fonctionne au feeling. J’ai un calendrier dans ma tête sur les 6 prochains mois.

On laisse dérouler le business. l’environnement startup évolue tous les jours.”Merci Sami pour ce retour d’expérience enrichissant !

Articles similaires