Lunchboss
20/7/2022

Lunchboss#24 - Christophe Brunot - CEO de Largo

A table avec Christophe Brunot , cofondateur de Largo ! 

Christophe Brunot et Largo en quelques mots

Le marché du smartphone n’a plus de secret pour Christophe : celà fait plus de 15 ans qu’il a le pied dedans que ce soit en tant que Manager d’un point de vente The Phone House ou responsable commercial régional chez Virgin. Il goûte à l’entrepreneuriat et au reconditionnement en tant que Franchisé chez Point Service Mobiles. Ce goût ne l’a jamais quitté depuis ! 

Persuadé de la maturité technologique des produits pour le reconditionnement (pas de nouveauté majeure sur smartphone aujourd’hui mis à part l'amélioration de l'appareil photo) et l’hérésie environnementale que la production de smartphone entraîne (82 kg d’émission de CO2 par appareil produit), il se lance dans son projet Largo avec un copain. 

Largo reconditionne donc des smartphones, tablettes, des ordis portables, des watchs, earpods pour les revendre aussi bien en B2B qu’en B2C via différents canaux. Entreprise créée en 2016, elle génère un chiffre d’affaires de 17,6M€ en 2021 et emploie plus d’une centaine de personnes.  

Largo figure aujourd’hui parmi les plus belles réussites de la région nantaise : comment l’entreprise a su se faire une place dans ce marché naissant de la seconde main ? Comment a-t-elle réussi à maintenir une croissance soutenue malgré un modèle très capitalistique et un BFR élevé? 

Une introduction en bourse non planifiée mais bien heureuse permettant de financer l’hyper croissance 

Le parcours de financement de Largo commence par tout ce qu’il y a de plus normal. Un premier tour de table avec des Business Angels à 1M€ dont 600k en equity dans le but de financer la mise en place d’un ERP. Un second tour de table intervient avec le fonds PLP et A plus finance pour industrialiser la production et disposer avec un nouvel atelier à Sainte Luce sur Loire. Christophe est mitigé sur l’implication de cette opération : il estime à 1 semaine de travail par mois le reporting demandé par ses derniers. 

Il prépare tout de même un 3ème tour de table qui l’amène à rencontrer le Directeur Grand Ouest d’Euronext. Le hasard fait bien les choses car il est convaincu et constitue très vite une équipe d'introduction et commence à plancher sur l’IPO de septembre 2020 à Mars 2021. Il raconte son road show de 85 pitchs en 2 semaines avec un émerveillement étonnant ! L’IPO est signée, Christophe est ravi de ce nouvel environnement car ce milieu est très codifié : il rend des comptes tous les 6 mois et celà lui prend une semaine de préparation. Il réalise un TPI (Titre au porteur Identifiable), une sorte de mapping une fois par an seulement pour connaître ses investisseurs (coût environ 5k). 

Même si l’introduction en bourse est nettement plus chère qu’une augmentation de capital avec des VC, il ne regrette en rien cette décision : il est certes dilué mais il garde le contrôle de son entreprise par un jeu de pondération du droit de vote .

Une stratégie de vente omnicanale en constante évolution

Largo déploie une stratégie de vente omnicanale : 

  • Son plus gros volume est généré par la grande distribution avec qui il travaille depuis le début. Son offre a aujourd’hui évolué et s’est étoffée auprès de cette cible. Une Largo Académie a été mise en place. Il s’agit d’une plateforme e-learning pour accompagner les distributeurs dans leur argumentaire de vente. Largo leur fournit également des solutions de merchandising. 
  • Via les marketplace connues comme Amazon ou spécialisées dans la seconde main comme Ebay ou Back market. Ce canal de vente a ses limites dans la mesure où les offres étrangères concurrencent dangereusement le prix proposé par Largo pour un service rarement à la hauteur. 
  • En direct Via son site e-commerce lancé récemment. Pour le moment, leurs opérations de SEO améliorent de jour en jour le ranking google. L’acquisition via du référencement payant se fera dans le courant de l’année prochaine. 

Les ventes en B2B ont connu une vraie accélération fin 2019 avec les bilans carbone des entreprises. Elles représentent aujourd’hui 10% de ventes directes et 90% de ventes indirectes via des revendeurs. La part directe est vouée à augmenter dans les prochaines années. 

Enfin Largo se lance depuis Octobre 2021 dans le canal affinitaire pour des programmes de réparations. 

Un modèle d’achat également omnicanal

La question de l’approvisionnement en smartphone s’est révélée centrale au démarrage de Largo. Elle s’est d’abord solutionnée via l’achat de produits aux US, qui par leur système de leasing (et leur capacité à surconsommer aussi?!), permet des approvisionnements constants et réguliers. Ces achats se font via des ventes aux enchères au cours desquelles Largo est obligé de passer par des brokers. 

Aujourd’hui, l’entreprise compte gommer l’empreinte carbone élevée par l’import de smartphone d’occasion en avion par des achats en circuits courts en adhérant à un maximum de programmes de reprise. 

La structuration actuelle de Largo pour un avenir plus solide

“Nous n'atteignons pas l’équilibre aujourd’hui, ce sera pour l’année prochaine”, dit Christophe. “On ne peut plus dire que nous sommes une startup mais que nous sommes en phase de structuration” ajoute-t-il. 

Il explique que Largo s’est récemment doté d’un service de contrôle de gestion et d’un poste de BI (Business intelligence dont le rôle est de faire parler la data pour une prise de décision des managers). Leur travail consiste principalement à améliorer la rentabilité en faisant des économies sur les volumes.

Christophe considère aujourd’hui qu’il a encore beaucoup à faire pour le développement de Largo et n'envisage pas de sortie immédiate. Il veut continuer de consolider cette entreprise à impact, dont 100% de travail est réalisé en France. 

Et s’il réalise un jour une exit c’est pour se lancer dans un autre projet entrepreneurial ! Il est complètement addict. :) 

Articles similaires